La croix huguenote

croix_huguenotte.gif

 Elle est depuis le 17e siècle l’insigne des protestants.

Portée en pendentif elle permet aux protestants de se reconnaitre immédiatement:

Son origine reste en fait un mystère, certains disent qu’elle a été inventée par un orfèvre nîmois en s’inspirant de la croix du Languedoc, d’autres qu’elle serait issue de la croix de l’ordre du Saint Esprit qui lui est exactement semblable, sauf la colombe est inscrite dans la croix au lieu d’être pendante au dessous.

En adoptant cette croix, les protestants ont certainement voulu s’éloigner de la croix latine, pour eux de sinistre mémoire à cause des persécutions catholiques. Ils ont donc pris une autre forme de croix qui est la croix de Malte.

La croix huguenote rappelle les béatitudes par ses huit pointes. celles-ci sont munies de « boutons » par allusion à ce que l’on met sur un fleuret d’escrime pour le rendre inoffensif. Les branches de la croix sont retenues par un motif ciselé qui tourne tout autour du centre, rappelant la courone d’épines du Christ et formant entre chaque branche un coeur qui rappelle l’amour du Christ et son commandement ultime pour nous.

La colombe qui pend représente le Saint-Esprit, oiseau pacifique qui plane en descendant du ciel vers la terre, comme la présence de Dieu descend silencieusement sur nous.

Certaines croix anciennes ont à la place de cette colombe une goutte. Celle-ci a pu être interprétée comme une larme ou une goutte de sang, rappelant les persécutions, mais il est plus probable qu’il s’agisse en fait d’une langue, comme les langues de feux que reçurent les disciples au jour de la Pentecôte, autre image du même saint Esprit, et les incitant à témoigner pour l’Eglise.

Cette langue de la Pentecôte serait alors bienvenue pour les protestants, puisque le nom même de « protestant » ne signifie pas celui qui proteste contre quelque chose, mais dans le français du XVIème siècle, celui qui témoigne de sa foi (de pro = devant et testare = témoigner).